Les Sites de l'HerBiVoRe
Annonces partenaires

Les Articles

Plantes Dépolluantes


Comment fonctionnent les Plantes Dépolluantes ?

Voici un article sur les plantes dépolluantes qui sera surement suivi de résumés et d'analyses d'articles scientifiques sur le sujet !

Il n’est même plus la peine de dire à quel point le sujet de la pollution est devenu primordial ces derniers temps. Pourtant, on ne parle pas souvent de la pollution de l’air intérieur, quand on se croit à l’abri dans notre maison. Les peintures, la fumée de cigarette, certains sols ou produits désinfectants, rejettent un ensemble de particules polluantes dans votre intérieur. Mais face à cela, nous ne sommes pas entièrement démunis.

"Plante Dépolluante, réalité ou fiction?"


Il est en effet légitime de ce demander si les plantes dépolluent effectivement nos intérieurs. Voici un petit article qui essaye de répondre à des questions que nous nous sommes posées, et peut-être vous aussi. Nous espérons que cela pourra vous convaincre à en adopter!

Beaucoup de connaissances ont été accumulées sur la capacité des plantes à dépolluer l'eau. Il existe même aujourd'hui des stations d'épurations qui utilisent cette "technologie". Au contraire, il y a encore trop peu d'études sur la capacité qu'ont les plantes à dépolluer l'air qui nous entoure. Néanmoins quelques expériences ont étés réalisées, et se développent de plus en plus.

"Est-ce qu'il existe bien des plantes dépolluantes ?"


Historiquement cela a été montré par le Professeur Wolverton dans les années 1980. Le but premier de ses expériences fut de trouver comment dépolluer simplement les navettes spatiales destinées à rester longtemps dans l'espace. Mais il a vite compris que cela pourrait également être utile dans nos appartements. Différentes expériences ont étés réalisées sur différentes plantes et différents polluants. En voici une sélection :

Une expérience, assez simple mais très démonstrative, a été de placer une plante dans une enceinte fermée (73,5x73,5x73,5) et de mesurer l'évolution des polluants. Cela a été fait avec deux plantes, Philodendron domesticum et Scindapus aureus, avec comme polluant le Benzène. Voici le résultat de l'expérience :

Courbe benzene
Diminution du Benzène dans une enceinte fermée avec ou sans plantes (Wolverton, 1988)

Des expériences du même type ont étés réalisées sur le formaldéhyde et le monoxyde de carbone :

Courbe Formaldéhyde
Réduction de Formaldéhyde dans une enceinte fermée
avec ou sans plantes (Wolverton, 1988)

Ces expériences, bien que datant un peu, prouvent néanmoins que les plantes dépolluantes ne sont pas une fiction.

"A quoi cela peut-il bien servir aux plantes ?"


Il est effectivement légitime de se demander quel est l'intérêt pour la plante d'absorber ce qui est pour nous des polluants ! La réponse n'est pas forcément évidente. En effet, peut de personne se sont penchées sur ce problème à propos de la dépollution de l'air. Au contraire les recherches ont bien avancées concernant la dépollution des sols par les plantes! Il est donc assez aisé de mettre en parallèle ces deux phénomènes !

Il est bien connu que les plantes utilisent l'énergie lumineuse pour transformer du carbone minérale (C02) en carbone organique (par exemple du glucose) : c'est la photosynthèse. Il se trouve qu'il existe déjà du carbone organique dans l'environnement direct de la plantes ! Que ce soit dans le sol mais aussi dans l'air : ce sont nos fameux Composés Organiques Volatiles. Les plantes vont donc pouvoir les absorber et les utiliser pour leurs métabolisme (par exemple pour la croissance) au même titre qu'elles peuvent utiliser du carbone organique qu'elles ont elles même produit.

Pour les composants inorganiques, l'analogie est plus difficile car dans le sol, il s'agit essentiellement de métaux ce qui n'est pas le cas pour l'air. Les recherches sont donc ouvertes.

"Après Wolverton, il y a quoi ?"


Effectivement, cela fait bientôt 30 ans que les recherches du professeur Wolverton ont débutées ! Qu'en est-il maintenant ?

On peut déjà noter,qu'en France, les expériences de la NASA ont été reprises par le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) et la Faculté de pharmacie de Lille. Ils ont ainsi validé l'efficacité d'épuration de la plupart des plantes étudiées par le professeur Wolverton. Cela a aussi été fait à partir des années 1990 en Allemagne et aux États-Unis mais là encore, à une trop petite échelle. A l'heure actuelle, la recherche continue en France avec un projet nommé Phyt'air. Ce projet est aussi réalisé par la Faculté de pharmacie de Lille en partenariat avec CSTB. Quelques associations se sont aussi mises en place, notamment pour faire un travail de communication autour des plantes dépolluantes, mais aussi pour soutenir des projets comme Phyt'air. On peut notamment citer Plant' airpur et Plants for people. Ces deux associations ont également publié une plaquette d'information sur les plantes dépolluantes[1].

Bibliographie :
FOLIAGE PLANTS FOR REMOVING INDOOR AIR POLLUTANTS FROM ENERGY-EFFICIENT HOMES - B.C. Wolverton, Rebecca C. McDonald, E.A. Watkins, Jr. - Economic Botany , 1984, pp. 224-228.

Phytoremediation - Transformation and control of contaminants. Par S.C. McCutcheon et J.L. Schnoor (2003). Dans Wiley-interscience, Inc., NJ, USA, 987 pages.



Auteur : HerBi-TeaM